Ça

ca
Un lutin n’a pas de parents
Ça se naît de l’air et du vent
Se nourrit d’amour
Demeure un enfant.
Un lutin vous entend profondément
Ça recueille vos mots même lourds
Les jette dans le flux du temps
À l’endroit juste où s’attarde la barque d’Hadès
Pour qu’ils germent en pays d’éternité.
Un lutin,
Ça vous apprend que le bonheur est un suspens dans le non-né
Blotti en césure, intraduisible dans la langue informe du vivant,
Comme un évanouissement, un voyage parallèle.
Un lutin, ça vous surprend en continu
Présent comme un souvenir
Absent comme un regret
Prégnant comme un parfum d’enfance
Pour que votre vie devienne légende.
Un lutin est un ça
Une autre façon de vivre, d’aimer
Un clin d’œil farfadet
Qui se piquerait d’englober l’âme du monde.