Vous qui venez me voir, qui êtes-vous ?

 

Déjà, il ne faudrait pas penser que les consultants sont des imbéciles, des naïfs, des illuminés, des déséquilibrés ou des irresponsables sans cervelle.

C’est même tout le contraire. La voyance n’est plus un tabou et concerne aujourd’hui toutes les catégories socioprofessionnelles et tous les âges de la vie.

Bien évidemment, un voyant sérieux refusera ses services aux personnes mineures et à toute personne n’étant pas en pleine possession de ses capacités mentales. Pour cette dernière du reste, la voyance ne pourrait se déployer. Il m’est tout aussi impossible, d’un point de vue vibratoire, d’établir le contact si mon interlocuteur, pour diverses raisons, n’est pas dans son état « normal » au moment de la consultation.

De l’ouvrier à l’ingénieur, de l’employé au cadre administratif, de la caissière au directeur de magasin, de la ménagère à l’artiste, (la liste est longue !), tous indifféremment ont recours aux prestations du voyant et les professions libérales, les commerçants, les chefs d’entreprise par exemple, s’ils ne sont pas ceux qui consultent le plus souvent -car ils savent ne pas se disperser en multipliant les démarches ici et là- ont néanmoins bien compris le « profit » qu’ils pouvaient tirer d’une telle prospective.

Ces derniers vont attendre du voyant une acuité particulièrement attachée à un balayage précis de leur activité professionnelle. Les domaines de compétence sont vastes, abordant et approfondissant les critères de choix à opérer en terme d’implantation, de recrutement, dans l’édification ou l’évolution du cadre juridique de l’entreprise, dans la recherche d’associés, de partenaires internes ou externes, dans la stratégie de développement qu’ils souhaitent mettre en place et cætera. Le plus souvent, cette ouverture à la vie de l’entreprise sort du cadre habituel de l’entretien de voyance et fait l’objet d’une intervention spécifique.

 
Le « trac » du consultant

 

Comment ne pas ressentir une appréhension à l’idée que certains pans de notre avenir vont nous être révélés ? Il n’est pas rare qu’un consultant redoute le diagnostic donné sur un sujet brûlant ou douloureux, craigne de s’entendre annoncer des « catastrophes », des maladies, des morts et cætera, bref l’entretien de voyance peut être propice à l’émergence de nos angoisses ou fantasmes les plus profonds.

Ce qu’il faut savoir est qu’étrangement, une censure automatique s’exerce à l’insu même du voyant ajustant subtilement les propos et les images qu’il va transmettre en fonction de la sensibilité de son interlocuteur et de ses capacités à appréhender ou non certains évènements.
Alors si un fait particulier reste voilé aux yeux du voyant, ou exprimé de façon par trop sibylline, n’allez pas trop vite en conclure « qu’il a failli », même si cette possibilité existe bel et bien aussi, mais interrogez-vous sincèrement sur le retentissement intérieur qu’aurait pu susciter telle ou telle annonce.

Il m’est arrivé, évidemment, d’annoncer des évolutions navrantes, voire pénibles mais jamais je n’ai vu quiconque s’en désespérer comme si une énergie, une force tranquille, une détermination à accueillir l’obstacle ou l’épreuve à venir se faisait parallèlement jour dans l’esprit du consultant pour mieux y faire face.

 

De la folie du consommateur !!! 

 

Aujourd’hui, on assiste à une dérive scandaleuse facilitée par la pratique « pervertie » de la voyance par téléphone qui, évidemment, offre au charlatan le confort de l’invisibilité.

Il suffit de taper « voyant » sur Internet et de lancer la recherche : la réponse est ahurissante ! 24 700 00 selon un relevé internet du 9 juillet 2017. Nous en avons perdu 600 000 en route, car juillet 2011 affichait 25 300 000 prétendants au titre de soi disant voyants plus éminents et plus reconnus les uns que les autres et qui, dans leur infinie bonté et leur dévouement quasi sacerdotal, se momifient 24 h sur 24 devant leur téléphone, à un tarif super bradé s’ils ne poussent pas l’immolation jusqu’à vous accorder la gratuité de la consultation.

L’élémentaire bon sens détecte sans effort l’attrape-nigaud et ces bassesses mercantiles ont été largement dénoncées par nos journalistes de presse, de radio et de télévision dans leur devoir d’information et leur chasse aux arnaques.

Je n’ai donc pas à m’appesantir davantage sur cette exploitation tragique et éhontée de personnes déjà suffisamment fragilisées, démissionnaires, sans discernement et qui achèvent de perdre ce qui leur reste de bon sens auprès de manipulateurs sans scrupule.

Rappelons simplement cette remarque de Voltaire : « le charlatanisme est né le jour où le premier fripon a trouvé le premier imbécile ».

Excision de la pierre de folie.J.Bosch

L’activité de voyance n’étant pas réglementée, il vous appartient, à vous consultant, d’être circonspect, pertinent et digne dans votre choix, de vous respecter et de vous faire respecter, d’exiger l’excellence et d’accepter d’en régler un prix étudié et raisonnable.